Admissions et institutions

Pour devenir prêtre diocésain, et avant les ordinations diaconales et presbytérales, 2 étapes jalonnent la formation :

  • l’admission comme candidat au presbytérat. C’est le premier seuil vers le sacrement de l’ordre. Elle advient généralement au début du second cycle de la formation au Séminaire, et marque un temps nécessaire pour discerner et confirmer son intention de poursuivre sa formation en vue du ministère presbytéral (CDC 1034).
  • les institutions au lectorat et à l’acolytat. Avant d'être promu au diaconat, il est requis d'avoir reçu et exercé pendant un temps convenable les ministères de lecteur et d'acolyte (CDC 1035). Ces institutions se font en général en fin de quatrième année ou en début de cinquième année.

    Le lectorat : le service de la Parole de Dieu

    Le lecteur est institué pour lire la Parole de Dieu dans l’assemblée liturgique et la transmettre (depuis la catéchèse jusqu’à l’initiation aux sacrements).
    Lors de l’institution : l’évêque (ou son représentant) remet entre les mains du lecteur le livre de la Sainte Écriture en disant : « Recevez le livre de la Sainte Écriture et transmettez fidèlement la Parole de Dieu : qu’elle s’enracine et fructifie dans le cœur des hommes ».

    L’acolytat : le service de l’Eucharistie et des prières personnelle et communautaire.

    Le premier sens du mot « acolyte » est « accompagnateur, compagnon ». Il accompagne donc le célébrant. Il lui revient de s’occuper du service de l’autel, d’aider le prêtre dans les fonctions liturgiques et principalement dans la célébration de la messe. Le prêtre peut lui demander des services afférents au Corps du Christ : distribution de la communion aux fidèles, en particulier aux absents, aux malades et aux personnes âgées. L’acolyte ne sera vraiment serviteur du Corps du Christ que s’il en vit lui-même.
    Lors de l’institution : l’évêque (ou son représentant) remet entre les mains de l’acolyte une patène et un calice en disant : « Recevez ce pain et cette coupe de vin pour la célébration de l’eucharistie, et montrez-vous digne de servir la table du Seigneur et de l’Église ».

    source : metz.catholique.fr