Une journée au séminaire

A quoi ressemble la journée d’un séminariste ? Que fait-il à l’intérieur de ces murs ?

La vie d’un séminariste oscille entre  :

  • la vie fraternelle, appuyée sur les activités communautaires, tous les moments conviviaux.
  • L’approfondissement intellectuel : études, cours, dissertation, mais pas seulement car on ne s’arrête pas de réfléchir en dehors des cours …
  • la vie spirituelle, vécu de tous les instants mais qui trouve un ancrage particulier dans les offices, l’eucharistie, la prière personnelle,
  • l’expérience pastorale : activités apostoliques, l’insertion en paroisse, mais la charité pastorale s’apprend aussi en étant envoyé tous les jours les uns vers les autres à l’intérieur du séminaire.

séminaristes priant à la chapelle et travaillant au jardin

Voici les grands axes d’une journée-type :

séminariste dans sa chambre

7h30 : Laudes à la chapelle (office du matin)

Selon l’habitude du séminariste, il prend son bol de café soit avant les Laudes soit après.

8h30-11h30 : Cours
11h45 : Eucharistie (centre de la journée)
12h30 : Déjeuner

Temps de la promenade digestive pour certains ou la sieste pour d’autres

14h30-17h30 : Cours
19h : Vêpres
19h20 : Dîner
22h : Silence de la nuit (Dieu comble son bien aimé quand il dort ! Ps 126)


séminaristes en cours

L’année du Séminaire fonctionne sur un rythme de deux semaines (semaine 1 et semaine 2). La semaine 1, tous les séminaristes restent au séminaire toute la semaine.

La semaine 2, le temps en paroisse complète le temps au séminaire, avec pour l’année diaconale, un départ dès le mardi soir, pour le second cycle le jeudi soir. Le premier cycle, lui, peut se reposer pendant le week-end.

Diverses activités complètent la semaine, comme : réunions communautaires avec parfois des intervenants extérieurs, réunions de cycles (1e-2e années : 3e à 5e années ; 6e année), ménage communautaire, chant communautaire (Chanter, c’est prier deux fois).

Un séminariste ne fait pas qu’étudier : il a besoin aussi de s’aérer l’esprit. Pour cela, par exemple, toutes les semaines, nous avons du sport, car il est bon d’avoir un esprit sain dans un corps sain.

La journée d’un chercheur de Dieu est bien remplie entre les diverses tâches de la vie communautaire et toutes les autres dimensions qui forment un être humain. Cela apprend aussi à organiser son temps pour s’assurer ainsi un bon équilibre de vie. A l’école du Christ, ce n’est pas une routine mais « un jour nouveau commence, un jour reçu de Toi, Père… »


séminaristes devant un ordinateur et jouant au ping-pong