Accompagnement et discernement

Chaque séminariste choisit librement parmi les prêtres qui composent l’équipe animatrice du séminaire un accompagnateur spirituel qui le guide dans son cheminement personnel, en le rencontrant régulièrement.

C’est un lieu de dialogue dans la confiance et la confidentialité absolue pour discerner l’action de l’Esprit Saint, la manière dont Dieu conduit chacun. Celui qui est choisi comme guide aide le séminariste à relire sa vie, à chercher comment l’Esprit y est présent, à trouver le chemin. Il soutient sa marche et l’invite à aller « en eau profonde » ! (Lc 5, 4)

Certes, notre accompagnateur spirituel n'a jamais vécu exactement la même situation que nous. Cependant, qui dit expérience et sagesse, dit qu'il a franchi certaines difficultés aussi. Lorsqu'on escalade une paroi, il y a des prises qui n'apparaissent pas au premier coup d'œil. Si quelqu'un d'expérimenté crie "à gauche", "à droite", "en aplomb", une force entre en nous et nous anime à continuer et à traverser tel passage difficile.

L’accompagnement spirituel est aussi un espace de relecture, d’écoute et de discernement. Il permet de voir comment la vie du séminariste s’unifie et se développe à partir des études, de sa vie spirituelle, sa vie en communauté et son engagement pastoral : voir ce qu’il faut poursuivre ou modifier, pour avancer toujours un peu plus avec le Christ vers le ministère presbytéral.

C’est aussi pour lui l’occasion de vivre régulièrement le sacrement de réconciliation.


accolade entre évêque et séminariste

Un jour, comme les premiers disciples, nous avons rencontré le Seigneur et nous avons entendu sa parole : "Suis-moi !". Sans doute au début l’avons-nous suivi de façon quelque peu incertaine, nous retournant et nous demandant si cette voie était vraiment la nôtre. Et, à un certain moment, sur le chemin, peut-être avons-nous fait l’expérience de Pierre, après la pêche miraculeuse, c’est-à-dire que nous avons été effrayés par sa grandeur, la grandeur de la tâche et l’insuffisance de notre pauvre personne, au point de vouloir nous retirer : "Eloigne-toi de moi Seigneur, car je suis un homme pécheur !" (Lc 5, 8). Mais Lui, ensuite, avec une grande bonté, nous a alors pris par la main, il nous a attirés à lui et nous a dit : "N’aie pas peur ! je suis avec toi. Je ne te quitte pas, et toi, ne me quitte pas !".

Benoît XVI - Homélie du Jeudi Saint 2006