Un pèlerinage pour débuter l'année

Et la grande communauté du séminaire s’ébranla lourdement, au son des roulettes de valise et du soufflement de ceux qui souffraient en trainant leurs bagages trop lourds, ils avaient surement mal entendu cette phrase de l’Évangile : « Les renards ont des terriers, les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le Fils de l’homme n’a pas d’endroit où reposer la tête. » Lc (9 ;58) Recommandation certes exigeante mais si libératrice. C’est un peu ça le pèlerinage, se délester du superflu pour regarder l’essentiel.

Le petit trajet pour aller au bus fut la première étape du pèlerinage qui devait nous emmener au fin fond de l’Armorique, grâce à notre fameux chauffeur Modi, chez les pères de saint Jacques. Quelle joie d’accompagner Serge et Don Menchiny, qui vécurent leurs agrégations au sein de la fraternité missionnaire. Moment fort aussi à l’heure de découvrir l’histoire ancienne et contemporaine de la société des prêtres de saint Jacques, toujours vivace, à travers visites, témoignages, enseignements. Haïti et la Bretagne ne manquent pas d’intérêt, et vivent une fraternité toute particulière.

À partir du jeudi 16 jusqu’au 18 septembre 2021, les séminaires de saint Jean (Nantes), saint Yves (Rennes), Notre-Dame de l’Espérance (Orléans) et de la communauté saint Martin (Évron) se sont retrouvés à Lisieux pour 24H sur les pas et la vocation de Sainte Thérèse de l’enfant Jésus et de la Sainte Face puis, le lendemain, ont marché en pèlerinage vers l’archange dans la baie du Mont-Saint-Michel. Ambiance garantie, ça vend du rêve et on achète !

Durant ce pèlerinage lexovien, nous avons eu différents temps forts. Tout d’abord, une soirée de présentation de chaque séminaire sur les 4 piliers de la formation : « vie pastorale, vie communautaire, vie intellectuelle et vie spirituelle ». Le lendemain, nous recevions un enseignement passionnant donné par Monseigneur Didier BERTHET, évêque de Saint-Dié des Vosges. Enfin, des visites guidées sur les quatre grands lieux de Lisieux nous racontaient la vie, la vocation et la spiritualité de la Petite Thérèse. Et sans oublier tous les temps fort de prière préparé par chaque séminaire pour vivifier notre spiritualité Thérésienne. Après ce grand moment passé auprès de Sainte Thérèse, nous nous sommes dirigés vers le Mont-Saint-Michel pour clore notre pèlerinage, cette grande marche dans la baie fut pour nous source d’enseignement sur la marche avec le Christ.

Tout d’abord, dépouillement de ce qui nous gênait pour la marche (Pantalons, chaussures etc… pour être en bermuda et pieds nu. Puis nous nous sommes dirigés vers notre guide, pour un temps d’écoute et de conseil afin de ne pas nous perdre. Toute notre confiance était sur lui. Notre marche vers le Mont-Saint-Michel commença par un temps de prière qui se prolongea durant toute la marche. Il y eu des moments très difficiles car le sol était boueux, voire très mouvant, alors le rythme commençait à ralentir, la fatigue se ressentait, et une question surgissait : « Ai-je fait le bon choix en participant à cette marche ? » cette question donnait envie d’abandonner et de rebrousser chemin. C’était sans compter la joie des frères et leurs encouragements, qui donna l’envie et la force de continuer cette pérégrination et d’aller jusqu’au bout.

Ces étapes de notre marche dans la baie du Mont-Saint-Michel nous ont beaucoup enseignées sur notre suite du Christ, nous dépouiller de ce qui nous gêne intérieurement pour mieux marcher avec lui. Être à l’écoute de sa parole, se laisser conseiller par elle et nous abandonner dans notre confiance en lui car il est notre guide. Et dans chaque épreuve de notre vie, le Seigneur est toujours là pour nous, par sa parole ou par l’intercession des personnes qui sont autour de nous pour nous donner la force d’avancer vers notre cheminement avec lui. Ainsi, notre marche a renforcé notre fraternité et notre homme intérieur. « Soyons missionnaire dans notre marche avec le Christ, comme Sainte Thérèse était missionnaire du Christ. Soyons remplie de confiance, d’abandon et surtout d’amour pour le Christ durant notre marche avec lui car lui seul est notre joie » Les quatre séminaires se quittaient aux portes du Mont, quelle aventure vécue ensemble et quel cadeau offert à chacun d’entre nous, tous les séminaristes sont remplis de reconnaissance.

Sur le chemin du retour, notre communauté posa sa tente à Pontmain où l’attendait Notre Dame, resplendissante dans sa robe bleu-nuit. Nous fûmes touchés par la sobriété du lieu, qui le rend beau, haut et qui met en valeur la simplicité de Marie et de celle de l’Église. La figure de l’abbé Guérin, le curé lors des apparitions, fut aussi une belle découverte pour les petits séminaristes que nous sommes. Un mot d’ordre, ne jamais désespérer de la bonté de Dieu.

François-Xavier BOULARD - 2ème année - Diocèse de Sens-Auxerre

séminariste en 2e annee

Ravaki WARREN - 2ème année - Diocèse de Papeete (Tahiti)

séminariste en 2e anneepèlerinage de rentrée