Récollection à l’abbaye de la Pierre qui Vire pour l'entrée en Avent

Pour entrer dans la nouvelle année liturgique, et donc dans le temps particulier de l’Avent, toute la communauté du séminaire est partie au cœur du Morvan, à l’abbaye bénédictine de la Pierre qui Vire, aux confins des diocèses de Sens-Auxerre, de Nevers, de Dijon et d’Autun. Trois jours de silence et de prière qui nous ont permis de nous ressourcer.

Ils étaient rythmés par les entretiens du père Karl-Aymeric de Christen, vice-recteur, qui avait choisi pour thème la figure de Jérémie, porteur de la véritable espérance. Au cœur du monde juif en crise très profonde, menacé par Babylone, Jérémie est appelé par Dieu à une mission particulière et difficile. Cette dernière suscite des réactions de mécontentement, jusqu’à mettre la vie du prophète en danger. Lui-même passe par le désespoir et la révolte, face à l’apparent échec de sa mission. Mais Dieu promet la nouvelle Alliance, alors même que le peuple est finalement déporté. C’est à nous de porter cette espérance, qui peut sembler paradoxale, dans notre monde. Le Séminaire ne s’appelle pas Notre Dame de l’Espérance pour rien : c’est une vertu capitale pour notre Église aujourd’hui. Dieu n’abandonnera jamais son peuple, même s’il doit être réduit à un petit troupeau, purifié par les épreuves comme l’or passé au creuset.

Le lieu de cette récollection était lui aussi porteur, soutenu par le rythme de la liturgie bénédictine, bercé par cette prière incessante qui monte du cœur des religieux. Pour les vêpres solennelles d’entrée en Avent, était proposé un rite particulier autour de la Bible, portée en procession par le père abbé, et présenté à la vénération des moines puis des fidèles. C’était l’occasion de se remettre devant la Parole de Dieu pour cette nouvelle année. L’abbaye est de plus au cœur d’une nature magnifique, entre forêts, monts, rivières et lacs. J’ai pu personnellement en profiter longuement, chaque jour, malgré un temps froid !

Pour conclure, nous sommes repartis de cette récollection les batteries rechargées de silence, de prière et de beauté !

Boudoin Massias

abbaye bénédictine de la Pierre qui Virel