Un nouveau diacre pour la mission

Ayant quitté le Séminaire Interdiocésain d’Orléans il y a trois ans pour poursuivre ma formation théologique à Bruxelles, chez les jésuites, je suis de retour au Séminaire Notre-Dame de l’Espérance pour cette année de synthèse vocationnelle. Ordonné quelques semaines après la rentrée (22 septembre 2019), me voici diacre ! Retour sur cet événement.

un diacre salue une personnes en fauteuil roulant

« Recevez l’Évangile du Christ que vous avez la mission d’annoncer »

Si l’ordination a été un grand moment pour moi, un changement qui marque toute ma vie, nombreux sont ceux qui m’ont dit avoir été touchés par cette célébration. Le 22 septembre dernier, en l’église saint Martin de Nouan-le-Fuzelier (diocèse de Blois), alors que (enfin !) la pluie commence à tomber, j’ai reçu le sacrement de l’ordre par lequel j’ai été configuré au Christ Serviteur. La liturgie d’une telle célébration ne peut laisser personne indifférent ! Après l’engagement au célibat (au début de la messe), le moment fort de la célébration se déroule après la liturgie de la Parole. Différents rites s’enchaînent, me faisant entrer progressivement dans la vie nouvelle qui s’offre à moi. Après les engagements, la litanie des saints et la prostration, vient le moment central : l’imposition des mains et la prière consécratoire. A ce moment, j’ai pleinement conscience que le ministère que je reçois ne vient pas de moi : il est une œuvre de Dieu en ma vie, dont je ne serai jamais digne mais toujours appelé à y demeurer fidèle. Viennent ensuite les rites complémentaires qui déploient ce que Dieu vient de réaliser au plus profond de mon être : la vêture, la remise de l’Évangéliaire et le baiser de paix (échangé avec mon évêque et les diacres présents).
Depuis ce jour, j’ai eu la grâce de prêcher. A chaque fois, j’ai désiré revenir à cette phrase qui accompagne la remise de l’Évangéliaire : « Recevez l’Évangile du Christ que vous avez la mission d’annoncer. Soyez attentif à croire à la Parole que vous lirez, à enseigner ce que vous aurez cru, à vivre ce que vous aurez enseigné. » Il y a là un fil rouge pour ma vie diaconale.

« Les premiers seront derniers » (Mt 20, 16)

Ce dimanche 22 septembre, il y avait du monde dans l’église paroissiale de Nouan-le-Fuzelier. De nombreux prêtres et diacres de mon diocèse, mais aussi du Séminaire Notre-Dame de l’Espérance avaient fait le déplacement pour me soutenir par la prière et pour être témoins de mon engagement. Parmi les fidèles : ma famille, des paroissiens de France, des amis, et plus d’une vingtaine de belges (ou résidant en Belgique) qui étaient venus pour l’occasion ! L’église était si pleine que les séminaristes du Séminaire Notre-Dame de l’Espérance ont fait l’expérience de cette parole du Seigneur : « beaucoup de premiers seront derniers » ! Entrés les premiers dans la procession, ils ont finalement dû consentir à aller s’asseoir au fond de l’église faute de place pour eux dans le chœur… L’Évangile nous rejoint parfois quand on ne s’y attend pas ! Grâce à Dieu, même ceux du dernier rang ont pu être témoins de la grâce de Dieu agissant dans son Église. Je me réjouis tout particulièrement de ce que certaines personnes m’ont témoigné avoir été revigorées et ragaillardies pour la mission suite à cette célébration. Cela manifeste bien ce principe trop souvent oublié : quand Dieu fait grâce à une personne, sa grâce rejaillit sur toute l’Église.

« Allez ! Voici que je vous envoie » (Lc 10, 3)

Au terme de la célébration, Mgr Batut m’a officiellement envoyé en mission, car nul n’est ordonné pour rester dans son canapé ! Celle-ci se déploie autour de trois axes : la poursuite de ma formation au Séminaire Notre-Dame de l’Espérance, l’exercice du ministère diaconal sur l’Ensemble Pastoral de Blois Rive gauche et l’accompagnement du Service diocésain de l’évangélisation des jeunes, des vocations et des serviteurs de la liturgie. Contrairement à ce que pensent mes frères du séminaire : je n’ai donc pas vraiment le temps de m’ennuyer !

Thibault Riès

: