Week-end de cycle à Rome lors la canonisation de St Charles de Foucauld

« Tous les chemins mènent à Rome » nous dit la célèbre expression en référence aux voies romaines construites en étoile tout autour de Rome. Il n’y a pas une manière unique d’arriver à Rome, tous les chemins sont possibles ! C’est d’ailleurs dans le cadre d’un week-end de cycle avec le séminaire d’Orléans que j’ai pu découvrir la célèbre ville aux sept collines.

Le rêve de l’ancien étudiant en histoire-géographie se réalise, mais aussi celui du pèlerin, ou plus exactement d’un disciple du Christ qui désire découvrir les origines de son Église. Et quoi de mieux que de fêter son anniversaire le jour de son arrivée à Rome pour la première fois !

Pour des raisons pratiques et de disponibilité, nous étions logés séparément. Le premier groupe s’était installé à la maison centrale des Eudistes, tandis que le second, dont je faisais partie, a trouvé gîte au séminaire pontifical français. Cette scission en deux groupes pour le logement à rendue le week-end de cycle assez intense physiquement puisqu’entre les deux maisons il y a plusieurs kilomètres pour nous retrouver. Mais qu’importe !

Ce fut l’occasion favorable de mieux découvrir les lieux, grâce à nos jambes et aux transports en commun. Il y a tout d’abord ces vestiges de la ville antique qui témoignent de son passé glorieux : le Colisée, le Panthéon, le Cirque de Maxime, le mont Palatin entre autres… Et puis, sans oublier les incontournables : Giolitti pour les meilleurs glaces au monde (en toute objectivité bien sûr), le Tempio Bar pour ceux veulent se poser tranquillement avec un ballon de spritz et assister au rythme effréné de la ville, ou sinon Pizzeria Baffetto, pour déguster des pizzas d’exceptions dans une ambiance familiale typiquement italienne. A l’occasion, je ne saurais trop remercier nos guides de qualités, le P. Benoît de Mascarel et notre frère Maxence Caputo pour la découverte de toutes ces adresses et surtout pour la visite des quatre basiliques majeures, ainsi que des nombreuses autres églises du centre historique. Il fallait être un peu sérieux quand même !

Enfin, notre week-end de cycle s’est achevé par une grâce spéciale dans la vie d’un chrétien. Avec les frères, nous étions aux premières loges pour participer à la messe de canonisation de dix personnes bienheureuses dont Charles de Foucauld. Assis sur le haut des colonnades de droites surplombant le grand autel de la célébration, nous avons pu nous recueillir et apercevoir au plus près le Pape. Je retire de cette expérience beaucoup de joie et de paix intérieure. Au-delà des bâtiments immenses, richement ornés de marbres et de feuilles d’or, je pense avoir découvert ce jour-là, place Saint-Pierre, quelque chose de plus profond et de plus essentiel. La présence palpable du Corps mystique du Christ, en la personne des milliers de fidèles venus du monde entier rendre grâce à Dieu pour le don de la sainteté qu’il fait à son Église. J’en ressors fortifier intérieurement en vue de l’engagement de toute une vie que je vais prendre le samedi 20 août 2022 à Tahiti. Tu m’as appelé Seigneur pour l’annonce de l’Évangile et le service de ton Église ? Alors je dis : « Me voici » !

Tareva TAITI - 5e année - Archidiocèse de Papeete, Tahiti

seminariste en 5e annee
seminaristes à Rome