L’Eglise nous propose différents temps liturgiques pour pouvoir être toujours en relation avec Dieu. Parmi ces temps liturgiques, il y a le temps de carême qui nous est très important car il nous prépare à la joie de Pâques, une joie manifestée par le Christ ressuscité. Le temps de carême nous invite à nous préparer davantage afin que Dieu puisse habiter dans nos cœurs.

En fait, nous avons vécu ce temps de carême dans un esprit de sobriété et de simplicité. Cette année, le temps de carême au séminaire a été marqué par la prière, le silence et par des actions concrètes. Les différentes propositions qui ont été faites permettaient aux séminaristes d’être en communion avec Dieu et elles nous stimulaient à aller au désert avec Jésus.

De ce fait, je pense que les séminaristes sont contents de ce temps liturgique vécu en communauté et ils ont eu l’occasion d’approfondir leur intimité avec le Christ. Pendant le temps de carême, dans la communauté du séminaire, il y a des temps de silence, de repas en silence, une lecture spirituelle au dîner du mardi, le dîner léger du vendredi. De plus, le jeûne a été pratiqué selon la volonté de chacun. Par ces initiatives, nous témoignons de notre engagement pour passer de la mort à la résurrection avec le Christ. Ces efforts de carême sont importants dans la mesure où ils nous aident à rencontrer le Christ et à témoigner de la bonne nouvelle du salut dans notre vie quotidienne.

Je pense que les séminaristes ont accueilli avec joie les initiatives prises au séminaire pour mettre en valeur le temps de carême. Nous voyons manifestement que la liturgie du temps de carême a été sobre, une sobriété qui nous poussait à aller vers l’avant et à mourir avec Jésus pour pouvoir ressusciter avec Lui. Ce temps fort de l'Église a été aussi marqué par deux nuits d’adoration, en ce sens, nous avons profité de ce temps pour nous confier à Dieu. Pour bien vivre le carême et pour passer de la mort à la vie avec Jésus, nous devons préparer nos cœurs, de ce fait, une célébration du pardon a été proposée car cela nous permettait de nous réconcilier avec Dieu, avec les autres et avec nous-mêmes. Je dois ajouter aussi tous les efforts personnels qui ont été vécus au séminaire durant ce temps liturgique.

Somme toute, je pense que le temps de carême nous permettait de nous transfigurer avec le Christ afin de bien contempler le mystère pascal. Donc, c’est une chance pour le peuple de Dieu d’avoir ce temps fort dans la vie de l’Eglise. Pour finir, réjouissons-nous car nous sommes passés des ténèbres à la lumière car le Christ est ressuscité.

Serge St Hilaire - 5ème année - Diocèse de Moulins/ Congrégation des Pères de St Jacques

séminariste en 5e année